Robert COMBAS

Lyon - 1957

BIOGRAPHY

Robert COMBAS, né à Lyon en 1957.

 

Robert Combas passe son enfance et son adolescence à Sète dans un milieu populaire cosmopolite marqué par la pensée communiste. De 1974 à 1979, il fréquente l’École des beaux-arts de Montpellier, où il imprègne sa démarche artistique d’un mélange de culture populaire et de culture plus “académique”. Bernard Ceysson, alors directeur des musées de Saint-Etienne lui propose de participer en 1980 à une première exposition collective Après le classicisme. La même année, il rencontre les marchands Daniel Templon et Bruno Bischofberger qui contribueront à la visibilité de son œuvre en France et en Europe. Robert Combas décide aussi de s’installer à Paris. Les expositions se multiplient au cours de la décennie en France (Finir en beauté chez Bernard Lamarche-Vadel à Paris, MAVP, Paris, Ben Vautier à Nice, CAPC à Bordeaux…) mais également aux États-Unis (Léo Castelli à New York) et en Corée du Sud (Blue à Séoul).

Robert Combas est un des créateur, avec Rémi Blanchard, François Boisrond et Hervé Di Rosa de "La Figuration Libre”. Il est une des figures essentielles de ce mouvement qui met en avant une nouvelle approche libre, provocatrice et désinvolte de la peinture figurative. Très colorée, elle puise aux sources de la culture populaire, de la musique rock et punk, de l’art graffiti et de la bande dessinée, dans un contexte artistique austère où dominait l’art minimal et l’art conceptuel. En 1984, l'exposition 5/5, Figuration libre France/USA, au Musée d’art moderne de la ville de Paris consacre cette mouvance en la confrontant à la génération des « graffitistes » new-yorkais (Jean-Michel Basquiat, Keith Haring, Kenny Scharf). 

En 2012, Une rétrospective de son travail, Greatest Hits, est organisée au Musée d’art contemporain de Lyon, suivi d’une autre au Forum Grimaldi à Monaco en 2016. Aujourd’hui, Robert Combas vit et travaille à Ivry-sur-Seine.

EXHIBITED WORK(S)

Un homme et une femme mais pas de celui qui louche
Acrylique sur toile, 190 x 241, CF1858

Donation Daniel Cordier, ©Centre Pompidou, MNAM-CCI